1479 Views |  1

Dès la fin mai / Un mobilier urbain purificateur d’air installé place d’Alésia (75)

À partir de fin mai 2017, sur la place d’Alésia où transitent environ 70 000 véhicules par jour, la mairie de Paris testera un puits de carbone installé dans un mobilier urbain adoptant la forme d’une colonne Morris. L’objectif de cet aquarium tubulaire et vertical est double : purifier l’air et produire de l’énergie verte. Le puits de carbone, développé par Suez et la start-up girondine Fermentalg (spécialisée dans la R&D en biotechnologie), est constitué d’une colonne remplie d’eau dans laquelle des micro-algues sont mises en culture.
Le CO2 issu des rejets toxiques des moteurs (ou des fumées industrielles) est capté par la colonne. Au sein de celle-ci, et par effet de photosynthèse, les algues fixent le CO2 dissous dans l’eau et le transforment en oxygène rejeté dans l’atmosphère environnante, contribuant à diminuer la concentration en gaz à effet de serre et à ralentir le réchauffement climatique. Un puits de carbone d’1 m3 d’eau permet de fixer une quantité de CO2 équivalente à celle de 100 arbres, soit 1 tonne de CO2 par an. Cette solution novatrice qui réduit les émissions de gaz à effet de serre crée également de l’énergie renouvelable. Les algues arrivées à terme sont prélevées puis méthanisées afin de produire du biométhane. Le transport de ces algues excédentaires peut s’effectuer directement par le réseau d’égouts vers des stations d’épuration équipées de digesteurs. Ce procédé, qui a vocation à être utilisé sur les sites industriels rejetant du CO2, est également conçu pour atténuer les effets du changement climatique dans les grandes métropoles. Le puits de carbone est conçu esthétiquement pour se fondre dans le paysage urbain. Si l’expérimentation est efficace, le processus pourrait être déployé sur des bouches d’aération de parking ou sur les parois des tunnels du périphérique parisien.
Où ? place d’Alésia, 75014 Paris

+ d’info www.suez.com